AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ TEMPORAIREMENT.

Partagez | 
 

 FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Cordelia

~ MESSAGES : 2074
~ INSCRIPTION : 24/04/2013


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: moi.
bourse: 20

MessageSujet: FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30   Lun 15 Juil - 7:12

Voilà maintenant trois mois que le jeu est terminé et que tout le monde est retourné à sa petite vie. Je croule sous les projets professionnels depuis ma victoire je n’ai plus une seconde à moi, tous les magasines s’arrachent mes interviews, j’ai même posé pour la couverture de blondes riches & millionaires. Depuis que je suis revenue de mon voyage sur l’île des sirènes – ou j’ai rencontré un très sexy homme d’affaire qui se prélassait sur son yoat & sur qui je compte bien jeter mon dévolu – je ne sais plus ou donner de la tête. Entre mon job d’animatrice télé, le développement d’une large gamme de produits cosmétiques à mon nom, dont un parfum qui ne va pas tarder à débarquer sur le marché appelé Cordy Gorgeous et mes nombreuses autres activités, je suis sur le point de me transformer en véritable business woman. Je n’ai pas revu grand monde à part Maia & Nico, j’suis passée leur rendre visite une ou deux fois mais ils avaient l’air très occupé eux aussi, le loft qu’ils se partagent est vraiment très coquet et ils semblent plus amoureux que jamais. Sinon je me tiens au courant de la vie des autres candidats grâce aux réseaux sociaux et aux magasines people. Je devrais penser à les inviter dans ma somptueuse demeure le temps d’un week-end, mais je ne suis pas certaine que tout le monde pourra et voudra bouger ses fesses, j’ai déjà du mal à joindre Fauve – qui ne répond jamais à mes appels. Etant prise d’une soudaine nostalgie j’ai décidé d’inviter Maia, Nico & la nymphomane, passer une petite soirée chez moi histoire de rattraper le temps perdu. « Marisol, finissez de nettoyer le salon et préparez les chambres d’amis, nos invités sont bientôt là. » J’ordonne à ma bonne toujours aussi molle en descendant les escaliers qui mènent à la porte d’entrée. Ils ne devraient pas tarder à arriver maintenant. Je me dirige dans le jardin direction la grande terrasse située prêt de la piscine histoire de voir si tout est prêt. Le buffet est déjà installé, j’attrape un petit four et me sers un verre de martini en me posant sur un fauteuil lorsque mon téléphone sonne.. C’est mon agent. « Quoi ? Mon single Sweat & Bootyshake fait un tabac dans les petits pays d’Europe de l’Est ? Je suis invitée aux Hongrie Music Awards & le Monténégro désire que je le représente au prochain concours de l’Eurovision ? Quelle bonne nouvelle. » Quand je vous disais que j’avais eu un emploi du temps très chargé ces derniers temps. Je raccroche et vérifie que la décoration soit parfaite, je suis un peu stressée je dois dire je crois que j’en ai fait un peu trop. Je commence à perdre patience, alors je me ressers un autre verre, ils sont un peu en retard. Ils ont du se perdre en chemin ou la sécurité les a refoulé à l’entrée de la propriété j’sais pas mais il doit y avoir un petit problème.


BABY CAN'T YOU SEE I'M CALLING A GUY LIKE YOU SHOULD WEAR A WARNING IT'S DANGEROUS I'M FALLING. THERE'S NO ESCAPE I CAN'T WAIT I NEED A HIT, BABY GIVE ME IT. WITH THE TASTE OF YOUR LIPS IM ON THE RIDE. INTOXICATE ME NOW WITH YOUR LOVIN NOW ~ TOXIC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nicola

~ MESSAGES : 1840
~ INSCRIPTION : 19/04/2013
~ ÂGE : 25


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ADONIS
bourse: 20

MessageSujet: Re: FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30   Lun 15 Juil - 9:38

« J’crois qu’c’est par là » qu’il dit, en indiquant une rue d’un vaste geste de bras. Une main dans la poche de son short, l’autre bras collé le long de son corps, le jeune homme est en équilibre parfait sur son vélo. Il pose un instant sa main sur le guidon histoire de tourner dans une grande allée à droite. Le soleil dans les yeux,  Nico rabat ses lunettes de soleil sur son visage, puis tourne la tête vers Maia qui pédale à ses côtés. C’est peut-être un peu tard pour chercher son approbation, mais bon c’est l’intention qui compte hein. « De toute façon la villa doit être tellement énorme qu’on va difficilement la rater » Ouais parce qu’ils sont invités chez Cordelia, en fait. Pour la soirée. Ca va faire pas mal de temps qu’ils ne se sont pas revus, et bizarrement le jeune homme appréhende un peu. Bon, déjà parce que si Fauve a également répondu à l’appel, il va passer la soirée entouré des  trois anciennes acolytes, et disons-le, il est pas franchement certain d’être à sa place au milieu d’une session de gossiperie intense. Mais outre ce détail, il ressent ce petit truc, ce petit stress de quand on s’apprête à revoir un ami qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Est-ce que ça va bien se passer ? Est-ce qu’ils auront des trucs à se dire ? Bref, toutes ces conneries là quoi. D’un coup Nico s’arrête en un dérapage face à un énorme portail. « Mon dieu » il siffle, en descendant de son vélo. Le jeune homme relève ses lunettes sur son front et ajuste son sac sur son dos. « Mais t’as mis quoi dans ce sac ? » On dirait qu’elle a pris la moitié de son armoire, Maia. Pas le plus pratique pour une balade en vélo.  « T’imagines la piscine qu’il doit y’avoir là-dedans ? » il finit par lâcher en un sourire, avant de poser un baiser sur le front de la louve et de se mettre à avancer vers le portail. Hm. Le jeune homme hausse un sourcil en observant les caméras qui sont braquées sur eux. Il appuie sur un bouton tandis qu’une voix de gorille s’adresse à eux. « Maia et Nicola » Large sourire. Après d’interminables minutes ils réussissent à passer les différentes barrières de sécurité de la villa, et s’aventurent dans le chemin principal, leurs vélos posés à l’entrée. Nico sifflote, son regard s’attardant à droite à gauche. Puis il s’arrête, tourne la tête vers Maia. « Oh mais on dirait bien la voix de Corde » Ils ne tardent pas à se frayer un chemin pour la rejoindre. « C’est quoi la bonne nouvelle ? » lance le jeune homme en un large sourire, tandis qu’ils tombent enfin nez à nez avec la jeune femme. Il pose son sac par terre avant d’ajouter « Enfin à part le fait qu’on soit là, bien sûr ! » Son sourire se fait plus timide tandis qu’il s’approche d’elle, la serrant dans ses bras. « Ca fait tellement longtemps ! J’te demande pas si ça va bien, t’es tout sourire. Qu’est-ce que tu caches ? » hm, le mode bavard s’est mis en marche apparemment. Il tourne un peu sur lui-même pour observer les lieux « Fallait nous prévenir que tes gorilles étaient encore plus menaçants que la Vieille Fée, on aurait amené des trucs pour les amadouer. Ca m’étonnerait pas que Fauve soit retenue à l’entrée. D’ailleurs, j’espère qu’elle vient parce qu’elle m’a chipé mon iPod au château. » Bon bon, il recule un instant avant de se poser sur une chaise. Allez, allez, relax. « C'est vraiment impressionnant chez toi. »


IL EST OU LE PTIOT QU'T'ETAIS ? IL EST MORT LE PTIOT QU'T'ETAIS. coming over and I hope you'll never see me, never see me fall.
glass skin, wood spoon sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maia

~ MESSAGES : 446
~ INSCRIPTION : 22/04/2013


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: FAUVE
bourse: 20

MessageSujet: Re: FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30   Lun 15 Juil - 11:44

J’ai trouvé ton parcours au sein de l’aventure réellement admirable, tu es quelqu’un de très courageux. Les arbres défilent vite, un peu trop, ça fait longtemps que j’suis pas montée sur un vélo moi, mais bon, si ça peut faire plaisir à Nico. J’ai eu ton adresse par l’un des autres candidats, mais il a pas voulu me donner ton numéro, moi c’est le … J’agrippe bien fort le guidon, faudrait pas que je tombe, non non. Je crois que je suis plus stressée à l’idée de me casser la gueule sur le goudron que de revoir Cordelia et l’autre traitre.  Je suis grande, blonde et je fais du mannequinat tu sais, tu es toujours avec Maia ? Comment il fait le Nico pour rouler sans les mains ? Je souffle, ça fait un bout de temps qu’on est sur la route. Y’a des types qui passent à bord de petits engins volants juste à côté en plus, c’est frustrant. Je dis ça parce que y’a une rumeur qui dit que vous avez cassé la semaine dernière. Ça te dirais qu’on se voit ? « Pétasse » que je chuchote. Je ne suis pas jalouse voyons, j’aime juste regarder le courrier en premier, surtout quand y’a des petits cœurs sur l’enveloppe, voyez. J’en viens presque à regretter d’avoir participé parfois. Toutes ces rumeurs, ces photos prises à la dérobée. Y’a plus moyen d’avoir une vie privée. Moi je voulais devenir milliardaire. Au final j’ai pas eu un seul billet et j’me retrouve avec une tripotée de garces à écarter. Mais bon, si j’avais pas tenté le coup, j’aurais jamais connu Nico, je n’aurais pas appris à pêcher non plus. Y’a Nico qui tourne droite. « j’te suis, j’te suis » que je lui réponds. A vrai dire, j’suis plutôt contente qu’il indique par où aller, j’ai jamais été douée niveau orientation, tout ça. La villa doit être énorme, on va pas la rater qu’il me dit. « Ouais, c’te chanceuse. Avec tout le fric qu’elle s’est fait, si on a pas une salle de bain privée, je me plains. » C’est qu’on peut faire pleins choses là-dedans. Puis on arrive bientôt dans une grande allée avec les plus grandes maisons que je n’ai jamais vu. Y’a Nico qui nous fait un petit dérapage stylesh alors que j’écrase durement mes pieds sur le sol en trottinant sur quelques centimètres. Bon, va falloir que je m’améliore, si on doit voyager plus souvent en vélo. Le portail est immense et les types qui se tiennent devant n’ont pas l’air du genre à proposer des smarties avec un grand sourire si vous voyez ce que je veux dire. Nico me demande ce que j’ai mis dans le sac, ça devait être lourd, en même temps, quand on sait ce qu’il y a dedans. « L’essentiel, je te jure » que je lui réponds en lui faisant des petits yeux suppliants, il peut pas y résister aux yeux suppliants, je le sais, il est trop gentil. Une piscine, où ça ? Hop, un bisou sur le front, je souris.  Je me penche à mon tour sur le portail pour essayer de discerner un truc qui y ressemble.  Y’a des caméras qui bougent toutes seules en haut du grillage, j’pensais que ça existait que dans les films. C’est qu’elle doit nous regarder là, oui oui. « Heeey Cordeliaaaaa petite voyeuuuuuuse ! » que je me mets à crier en agitant les bras, avec un sourire niait sur le visage. Ouais, c’est pas glorieux. Y’a Nico qui nous annonce, puis on attend, longtemps. Le service laisse à désirer, hein. Puis on nous fait passer dans de nombreux couloirs, un vrai labyrinthe. J’attrape inconsciemment la main de Nico. Puis il me dit qu’il entend Cordelia, je tends l’oreille et l’entend à mon tour. Peut-être même mieux, c'est pratique d'être louve. C’est qu’elle aurait moitié pris la grosse tête, encore plus je veux dire. Attendez, elle va chanter ? Elle me l’as pas dit ça, au téléphone le week-end dernier, j’suis vexée. Ça y est, je la vois. J’allais m’offusquer qu’elle m’en ait pas parlé, mais en voyant Nico la serrer dans ses bras j’oublie vite, l’appel des câlins est trop fort. Je la serre dans mes bras à mon tour. Pendant que Nico entame la discussion, j’en profite pour regarder un peu autour de moi. C’est beau, c’est propre, partout. Puis j’me souviens d’un truc. « Dis, ça avance alors avec Brandon, tu sais le type que t’as rencontré lors de ton voyage ? » J’crois bien que c’est un centaure le type. J’suis sure que Fauve aimerait se taper un centaure.



† PUMPED UP KICKS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fauve

~ MESSAGES : 2048
~ INSCRIPTION : 30/03/2013
~ ÂGE : 27


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: MONCUL.
bourse: 20

MessageSujet: Re: FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30   Lun 15 Juil - 12:58

Je le savais que c’était une mauvaise idée. Sans doute la pire qui soit, en fait. Non, je ne dramatise pas du tout. Mais quelle idée de merde quand même, quand on y pense. Je me retrouve à nouveau en plein centre-ville, dans la capitale magique. C’est pas la première fois que j’y fous les pieds non plus. J’y allais avant Golden Valor quelques fois avec Cathy. Mais j’étais à peu près persuadée qu’y retourner depuis le jeu serait une très mauvaise idée. Et j’avais raison, en fait, les gens sont tarés, ici, j’ai carrément dû devenir invisible pour avoir la paix, c’est vous dire. Personnellement, je trouve ça juste flippant. Y’a ceux qui tentent d’engager une conversation. Ceux qui crient votre nom en vous voyant dans la rue. Ceux qui vous insultent, aussi. En clair, absolument rien qui me donne envie de rester plus longtemps dans ce monde-là. Et c’est dans des moments pareils que je bénis n’importe qui ou n’importe quoi pour m’avoir donné un don pareil. D’être invisible. C’est quand même bien pratique pour éviter la foule. Et puis, c’est bien pratique aussi pour prendre le bus sans payer. De toutes manières je dois avoir à peine avoir vingt dollars dans mon sac, je crois que je n’irais pas loin avec ça. Bref. Tout allait bien (on va dire) donc jusqu’à ce qu’une grand-mère fixe un peu trop mon siège. Et s’en approche. Et j’ai vu son postérieur de très, très près avant de capter qu’elle comptait s’asseoir. SUR MOI. Moi invisible. Vous m’imaginez coincée sous une mamie ? Quoi qu’encore, elle l’aurait peut-être sentie, quand même, qu’elle était assise sur quelqu’un. Enfin, je sais pas trop, en général, ça se sent, ces choses-là, mais pour une grand-mère prête à crever la bouche ouverte, on sait pas trop… Forte heureusement, le bus s’arrête dans une allée de grandes maisons puant la bourgeoisie. J’imagine que je dois descendre-là. Je vérifie quand même l’adresse sur mon portable, on sait jamais. Mais bien sûr que oui, Cordélia habite par ici. Je descends du bus, marche dans les allées. J’ai l’impression d’être carrément dans un autre monde, vous voyez ? Déjà que vivre dans un château assez chic pendant quelques mois, c’était assez perturbant, mais là, c’est pire. Et dire que des gens vivent VRAIMENT là-dedans. Style, ce ne sont pas seulement des maisons pour faire jolies, des maisons dans des publicités, des trucs comme ça. C’est genre la vraie vie. Je checke une dernière fois l’adresse, et je m’arrête devant un portail gigantesque. Putain. Je ris. Sans déconner. C’est possible d’habiter là-dedans ? Et seule ? Je sais pas. Même connaissant Cordélia, je trouve ça dingue. Je crois qu’on vient vraiment pas du même monde, vous voyez. Bref. Je regarde un peu autour de moi, c’est franchement bizarre, je dois faire limite tâche dans le décor, vous voyez. Enfin c’est l’impression que j’ai. Un interphone. Ouais. J’imagine qu’il faut passer par là. Je sais pas, je rentre jamais dans les maisons de riches d’habitude moi. J’appuie sur le bouton. Y’a même des caméras, des putains de caméras, sérieux, je me demande si je ne devrais pas repartir tout de suite, en fait, j’ose même pas imaginer à quoi ressemble l’intérieur de la baraque moi. Et j’ose pas non plus imaginer la tune qu’elle doit dépenser pour ses employés, pour les caméras, tout ça. Y’a un type qui répond. Un employé, j’imagine. Sérieux, elle n’est même pas foutue de répondre à son interphone toute seule. On a rien à voir, en fait, c’est dingue. « Euh. Fauve ? » ils viennent m’ouvrir là ? Sérieux, qu’est-ce que je fous ici. En plus, j’ai pas pris la peine de répondre à l’invitation de Cordélia. Faut dire que je comptais pas venir moi, j’ai pas trop envie de les revoir, mais voilà. Enfin. Peut-être qu’ils ne vont pas me laisser entrer, du coup, qu’elle les a pas prévenu, je ne sais pas trop. Je vois deux types sortir. Se regarder. Et commencer à repartir sans m’adresser un seul mot. « Eh ! Revenez bande de bâtards ! Non mais ouvrez-moi sérieux, c’est quoi ça ! » ils se retournent. Ah, oui. J’étais invisible, merde. Ils viennent m’ouvrir en me voyant apparaître, sans m’adresser pour autant un seul mot. Faut dire que les insulter n’était peut-être pas un bon point pour engager la conversation. Et ils retournent à leurs affaires. Euh. Je suis supposée aller où ? J’ai beau leur demander, j’ai pas le droit à une réponse, cimer. Je commence à marcher sans trop savoir où aller, du coup. Je crois que je suis à deux doigts de faire demi-tour. C’est que j’angoisse un peu. Je sais à peine pourquoi. Parce que j’avais absolument pas prévu de revoir des gens du jeu, déjà, je pense. Et je suis pas à l’aise là, c’est trop bizarre comme endroit. Tout est nickel, beau, sans doute ultra-cher. Je suis presque sûre qu’un simple galet doit valoir je ne sais combien. Ouais, ouais, un simple galet. Bref. Je continue à marcher, c’est dingue d’avoir un endroit aussi grand pour soi. Finalement, j’entends des voix pas loin, je me dis que je dois approcher de Cordélia. Et des autres. Maia et Nicola, visiblement. Ah. Merde. Pourquoi je dois assister à ça moi ? Je me demande si c’est aussi chiant de sortir de sa baraque que d’y entrer. Voyez, mon cerveau me dit de me barrer, mais mes pieds continuent d’avancer, jusqu’à ce que je les vois tous. Et eux aussi, du coup. Mais qu’est-ce que je fous là ? Aucune idée. Je sais même pas quoi dire, vous voyez, ça fait plusieurs mois, quand même. Je laisse tomber mon sac par terre, à défaut d’ouvrir la bouche. Ok, je suis vraiment, vraiment pas à l’aise du tout. Je sais pas si c’est la baraque ou eux. J’imagine que ça doit être les deux. «euh… c’est joli chez toi...» en fait, je crois que je trouve pas ça énormément joli, mais ce serait genre cool de commencer avec un compliment, je sais pas trop.



Look at the way she shakin' Make you want to touch her, make you want to taste her Have you lustin' for her, go crazy face it She's so much more than you're used to She knows just how to move to seduce you She's gonna do the right thing and touch the right spot Dance in you're lap till you're ready to pop She always ready, when you want it she want it Like a nympho, the info I show you where to meet her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30   

Revenir en haut Aller en bas
 

FINALLY WE MEET AGAIN. NICO - MAIA & FAUVE. 15/10/13 19h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Finally we meet again • Edwin & Asher.
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Chambre de Nico
» "Never be the same, if we ever meet again."
» Nuit Fauve [PV Sun-Rayzaka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN VALOR :: L'APRÈS GOLDEN VALOR DANS LA CAPITALE MAGIQUE :: les rues résidentielles :: maison de cordelia-