AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ TEMPORAIREMENT.

Partagez | 
 

 C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Calliste

~ MESSAGES : 1924
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 26


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ATROPOS
bourse: 20

MessageSujet: C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN   Mar 17 Sep - 6:14

Bon... je toque ou je toque pas ? Parce que bon, c'est que je commence à me les geler à rester immobile sous le porche de son énorme bicoque ! Putain qu'est-ce qui m'a pris de venir jusqu'ici aussi ? Franchement Callou ça fait un siècle que l'émission s'est terminée, faudrait penser à tourner la page un jour ou l'autre non ? Ah ! Bah oui, justement, c'est pour arriver à enfin tourner la page que je suis venu, évidemment, faut que je lui parle une dernière fois voyez, histoire que tout soit définitivement mis au clair. C'est donc un peu plus sûr de moi même que je me décide à me rapprocher de cette satanée porte pour y toquer... WAIIIT ya une putain de sonnette, bon je vais sonner alors... POURQUOI J'Y ARRIVE PAS BORDEL DE MERDE ? Respire Callou respire, j'suis tellement stressé à l'idée le revoir que j'arrive même pas à appuyer sur une foutue sonnette. Je commence à faire les cent pas sous le porche et triturant nerveusement la fermeture de ma veste en cuir, je ne sais même pas comment je vais être reçu, genre il va ouvrir et dès qu'il verra ma gueule il va me claquer la porte au nez... bon au moins le message aura le mérite d'être clair. Quelques minutes s'écoulent, minutes durant lesquelles ma main persiste toujours à refuser d'obéir à mon cerveau... ou alors c'est mon cerveau qui refuse de faire obéir ma main, ouai, ça doit être plus logique vu comme ça... Bref faut que je le fasse, après-tout, c'est pas ma faute tout ça, moi je veux bien tourner la page hein - ouai c'est la page qui veut pas se tourner - mais mais, attendez ! Il vit avec toute sa famille non ? - pour ne pas dire son chenil - MERDE, MERDE et RE-MERDE ! J'ai tout sauf envie de tomber sur une Sullivan au féminin qui va m'en faire voir de toutes les couleurs pour oser me montrer ici, imaginez que je me fasse mordre ou ou qu'ils se fassent tous les griffes sur moi ? - j'ai de l'imagination bon sang - Et ce fut sur ces pensées des plus... rassurantes que j'entendis la poignée de la lourde porte commencer à s'ouvrir, il ne m'en fallut pas plus me mettre en état de panique, ma magie réagit instinctivement et et et bah... Je deviens invisible. BORDEL DE MERDE COMMENT JE FAIS POUR REDEVENIR NORMAL APRÈS ?


    ⊹ quand j'me regarde je m'inquiète, mais quand j'me compare j'me rassure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sullivan

~ MESSAGES : 4508
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 31


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ME, MYSELF AND I (autrefois Amarok)
bourse: 20

MessageSujet: Re: C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN   Mar 17 Sep - 12:20

« Range tes jouets oh, tu t’crois au palais de la reine des vampires ? » Je sermonne mon neveu en descendant les marches de l’escalier, me dirigeant fièrement vers la porte d’entrée. Je commençais presque à m’inquiéter de la disparition de mon public après une semaine sans courrier enflammé, barge collé à mes vitres et coups de fil menaçants. Mais là eh, faut se rendre à l’évidence, on n’oublie pas Sullivan aussi facilement. J’ouvre donc la porte plein d’assurance, prêt à signer les seins d’une vieille s’il le faut, en affichant mon plus beau sourire. « C’est pour un autogra … » Je suspends ma question en me rendant compte qu’en fait, il n’y a personne. Une honte. C’est à croire que les gens vous mettent aux oubliettes plus rapidement que la vieille fée. J’avais pourtant demandé à ma sœur d’appeler le mec pour réparer cette foutue sonnette et je m’apprête à tourner les talons lorsque tous mes muscles se contractent, mes pupilles se dilatant comme sous l’effet d’une drogue. Une inspiration. Une seule misérable petite inspiration et les souvenirs affluent comme les derniers instants d’un mec sur le point de crever. Ces maudites racines, l’orage, le lapin, mon rejet, sa peau, l’humiliation, sa douleur, la frustration, ses lèvres, la faille. Lui. Putain … Est-ce que quelqu’un veut bien me dire ce que le boutonneux vient foutre sur le pas de ma porte ? Sans compter qu’il joue les Fauve, regrettant probablement de s’être pointé la bouche en cœur et la gueule enfarinée après plusieurs mois de silence radio. Ma première réaction est évidemment de refermer la porte en prenant un air blasé, plaquant mon dos contre le bois en fixant la rambarde de l’escalier. Ok tu gères mec, t’es un gagnant, tu vas pas te laisser déstabiliser par un gamin. J’essaie de m’en convaincre en abaissant les paupières, serrant la mâchoire. MERDE, il abuse. Au pire il s’imaginera que j’ai cru que les gosses du voisin m’avaient fait une farce et il n’osera pas sonner une seconde fois. Mais voilà, il est au courant que je suis capable de capter l’odeur d’un steak cuisiné dans un McDo du monde des humains. Aussi je juge préférable de m’emparer de la poignée pour ouvrir de nouveau la porte, adoptant mon légendaire air de connard fini. « Non j’déconne. J’ai reconnu ton eau de toilette senteur merde de troll depuis le premier étage. » Ça, c’est fait. « Tu t’es perdu ? » Ça, c’est fait aussi. « Oh non ne dis rien. Je te manquais tellement que t'as pas pu t'empêcher de venir m’espionner. » Sullivan-Calliste : 3-0. « C’est un peu flippant. » Je lâche très sérieux, juste pour l’achever. Enfin y’a quand même un truc qui ne tient pas la route dans ma jolie petite théorie : il a sonné à la porte, ce qu’il n’aurait pas fait s’il avait éprouvé le désir de regarder par les fenêtres comme certains de mes fans. Mais c’est évident qu’il doit pleurer tous les soirs depuis la fin de l’aventure en se remémorant les moments de bonheur inoubliables qu’il a partagé avec le grand Sullivan. Quand je pense que ce p’tit con ne m’a même pas donné signe de vie, j’ai juste envie de lui balancer un caillou en pleine tronche avant de lui re-claquer la porte au nez –pour de bon cette fois-. Le seul souci, c’est que je ne distingue pas son visage du reste. Et j’attends sans l’inviter à entrer, le laissant se peler les miches comme un parfait crétin. Merde, j’espère qu’il n’est pas reparti après que j’ai refermé la porte -ou après que j’ai ouvert ma gueule en fait-. Ça me ferait presque paniquer, et je crois que ça se voit à mon regard clair qui scrute tous les recoins du jardin.  



« I'm breaking my own vows knowing I'll go down in flames »
» •• unbreakable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Calliste

~ MESSAGES : 1924
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 26


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ATROPOS
bourse: 20

MessageSujet: Re: C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN   Dim 22 Sep - 5:18

Ma respiration se bloque à la simple vue de l'air débroussaillé auquel il nous avait habitué tout au long de l'aventure et qui, je dois l'avouer, m'a un peu manqué. Ah d'accord, l'imbécile m'a pris pour un paparazzi, c'est sûr que ça efface toute de suite l'air charmé que son sourire venait tout juste de faire naître sur mon visage, je soupire silencieusement et m'apprête à signaler ma présence d'une petite voix quand... bah je crois qu'il s'est enfin décidé à se servir de son attirail de loup-garou pour sentir ma présence. Je reste parfaitement immobile, j'ai l'impression qu'une décennie s'écoule entre le moment où il se rend compte de ma présence et celui où il me claque la porte au nez... Il-il vient me claquer la porte au nez là, je rêve pas ? Mon visage demeure cependant impassible, on peut pas non plus dire que je suis si surpris que ça, au contraire je crois que je viens tout juste de me rendre compte de ma stupidité: le type s'est quand même évertué de me faire comprendre par a + b que mes sentiments n'étaient pas réciproques, mais comme un con moi je continue de lui courir après. Putain je me comporte comme une meuf, le genre de meufs que je déteste qui plus est. Pour ne pas changer, c'est sa voix traînante et son masque du parfait abrutit peint sur le visage qui me fait sortir de mes pensées.... C'est une blague ? Je ne peux m'empêcher de sourire, bon sang c'est une blague ? J'en peux plus et j'explose littéralement de rire, BORDEL DE MERDE ! Il pense sérieusement que le coup du connard marche encore avec moi ? Après tout ce qui s'est passé putain c'est hilarant, je suis obligé de m'appuyer sur son épaule pour pas m'écrouler. Je finis par reprendre ma respiration après quelque minutes - une éternité pour lui je suppose - je tente mon fameux claquement de doigt pour redevenir visible et sans même réaliser que ça a marché je souris « Ouai tu m'as sacrément manqué Sullivan. » et c'est le cas de le dire, je dois avouer que ses petites piques m'ont rappelé quelques souvenirs - pas forcément les meilleurs - mais c'est dit, il m'a manqué, sinon je serais pas là non plus... Oh et puis zut je lui fait un câlin, pourquoi ? Parce que je sais que ça va le faire chier, pour pouvoir le toucher au moins une dernière fois et euh... « T'excites pas, j'ai juste froid ! » voilà, mais je note quand même qu'il met du temps à me repousser, je lui fait d'ailleurs remarquer « Alors euh soit je t'ai manqué aussi soit t'aimes vraiment l'odeur de merde de Troll... » j'en profite pour nous faire avancer vers l'intérieur du manoir tout en l’étreignant genre je m'incruste discrètement chez lui.


    ⊹ quand j'me regarde je m'inquiète, mais quand j'me compare j'me rassure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sullivan

~ MESSAGES : 4508
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 31


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ME, MYSELF AND I (autrefois Amarok)
bourse: 20

MessageSujet: Re: C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN   Dim 22 Sep - 10:14

De toute évidence, je n’ai pas fait fuir le boutonneux. Je le sais, parce que son rire s’élève doucement depuis le perron, brisant le silence angoissant qui a suivi mes mots. Et finalement, même si au fond –tout au fond- j’en éprouve un certain soulagement, j’aurais presque préféré qu’il se casse en emportant son hilarité moqueuse avec lui. Je lève les yeux au ciel alors que son bras se pose tranquillement sur mon épaule, cherchant vainement une autre vanne pourrie pour l’obliger à rebrousser chemin. J’avais oublié qu’il était capable de faire ça, balayer mes belles paroles de connard finement travaillées à sa façon, et ça me cloue carrément le bec. Ouais, chose qui doit m’arriver environ deux fois par an. Bon, il n’a pas fini là, ça devient répétitif. Je tressaille même lorsque le bruit caractéristique de son claquement de doigt se fait entendre, tournant mon visage vers le sien devenu visible. On est près là, boom. Et il sourit en plus le con, lâchant l’une des phrases mielleuses dont il a le secret avec un naturel qui me désespère, boom. « Je sais, c’est toujours l’effet que j’fais. » Je me contente de rétorquer pendant que mon cœur simule une crise cardiaque –merci du soutien-, boom boom je crève. Ou alors ce sera d’asphyxie, à force de me retenir de respirer en fouillant ses yeux à la recherche de je n’sais pas trop quoi. Et non, je ne lui renvoie pas la politesse par un ‘putain toi aussi p’tit con’ qui cogne dans un coin de mon cerveau. Il passera pas, inutile de s’obstiner. Puis là il me fait un câlin, comme un gamin qui vient de retrouver son ours en peluche préféré, et je ferme les yeux une toute petite fraction de seconde en inspirant discrètement son parfum –faut bien que je respire quoi-. Bon faut que je me calme sérieusement, c’est pas non plus la bombe sexuelle de l’année qui sort à poil d’un gâteau géant au milieu de mon salon, pas de quoi se mettre dans des états pareils. « Ça va, je sais très bien que c'est encore un prétexte foireux pour me tripoter. » Ah, le bon vieux temps où c'était lui, qui craignait mes contacts. Et je hausse un sourcil en fixant le portail entrouvert. Le con, il aurait pu le refermer quand même. Puis … puis … qu’est-ce qu’il fait là ? Il s’invite carrément, et lorsque je tends la main pour m’accrocher à la porte c’est déjà trop tard, elle est loin. Du coup je la fais glisser sur son torse entre mon corps et le sien, le poussant doucement en arrière. « J’ai toujours eu une inclination pour les trolls. » Et je pointe mon entrejambe du doigt en articulant les mots ‘grosse queue’ sans y joindre ma voix. Oui, je viens de suggérer que je baise des trolls. Classe. « Bon tu veux quoi, essayer de me mettre le grappin dessus et que j’te passe la bague au doigt pour me piquer tout mon pognon ? » Et non, je n’viens pas du tout de le traiter de pute. Si ... un peu en fait. Je suis certain qu’il est ici à cause de notre dernière conversation où j’ai laissé entendre que la jalousie m’avait peut-être un tantinet rongée, et puis aussi sans doute à cause de ce baiser de merde que je lui ai collé dans l’euphorie du dernier prime. Ça va, ça arrive de se laisser emporter par l’instant, ça ne signifie pas pour autant que j’ai envie de revoir sa tête d’adolescent insupportable. Et je perçois un bruit en haut des escaliers, probablement mon neveu qui ramasse ses jouets. Merde, faudrait pas que lui vienne l’idée de rejoindre tonton. Du coup je me dirige vers la porte que je claque d’un geste rapide, me tournant vers le boutonneux pour l’obliger à faire volte-face, histoire qu’il se retrouve dos aux marches. « Tu vas pas m’faire croire que pendant tout c’temps t’as pas trouvé un gentil petit sorcier de ton âge à coller comme une sangsue. » Parce que ouais, on n’est pas vraiment de la même génération lui et moi. J'ai presque vingt-sept piges, une entreprise à diriger et des responsabilités vous voyez -si si-, alors que lui tète encore le sein de sa mère. « T’as quel âge fait, t’es majeur ? » Je demande ça par précaution, sait-on jamais.   



« I'm breaking my own vows knowing I'll go down in flames »
» •• unbreakable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est la page qui veut pas se tourner ⊹ CALLIVAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SKYE + " J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. " (Grey's Anatomy)
» Zoé • J'aurais voulu tourner la page mais la page ne veut pas se tourner
» J'étais prêt à tourner la page. C'est la page qui ne veut pas se tourner ~ Lucila
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN VALOR :: L'APRÈS GOLDEN VALOR DANS LA CAPITALE MAGIQUE :: les rues résidentielles :: manoir familial de Sullivan-