AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ TEMPORAIREMENT.

Partagez | 
 

 sun of a gun (sullivan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Fauve

~ MESSAGES : 2048
~ INSCRIPTION : 30/03/2013
~ ÂGE : 27


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: MONCUL.
bourse: 20

MessageSujet: sun of a gun (sullivan)   Sam 21 Sep - 12:47

Encore une fois, je n’ai strictement aucune idée de ce que je fous là. Non sérieux, depuis Golden Valor, ça doit être la troisième fois que j’me dis « je refous plus jamais les pieds dans ce monde de cons » mais j’y reviens toujours, en fait, à chaque fois pour une connerie hein, style, revoir les anciens candidats, genre j’en ai quelque chose à foutre de leur gueule maintenant que le jeu est fini. Bon, y’a eu aussi pour Cathy, et c’est ENCORE pour Cathy que j’ai encore mis les pieds dans ce bordel (oui, pour moi, la capitale magique est un bordel sans nom) je vous jure, en fait, j’suis une amie en or, voilà. Bref, parce que bien sûr, elle habite dans la capitale. Donc voilà. Hier on est allées en boîte pour pécho, soit, la base, comme ce qu’on faisait avant que je fasse Golden Valor quoi. Même si j’avais carrément des réticences en fait, mais bon, elle m’a dit que les gens ne se rappelaient pas franchement de nous, là, les candidats de la saison 1, maintenant qu’il y a la saison 2, donc qu’on allait pas me reconnaître quoi. Et le pire c’est que c’est vrai, enfin, comparé à la dernière fois où j’ai vu Vixy, Nicola et tout, bah, là, les gens ne sont pas tarés. Ouais, donc ça me va, moi.  Parce qu’en fait devoir être invisible pour faire dix mètres dans la rue vous n’imaginez pas comme c’est relou. Comme quand j’ai voulu prendre le bus gratos et qu’une vieille meuf a voulu s’asseoir sur moi. Flippant. Bref. J’en suis venue à pécho un type et demi. Et demi, parce que y’a un connard qui a voulu m’donner rendez-vous là maintenant tout de suite dans un restaurant. Je vous jure. J’ai bien tenté de l’allumer mais il avait pas l’air dispo pour baiser en fait. Du coup j’me dis qu’il suffit peut-être d’accepter de manger une foutue salade pour pouvoir baiser avec lui. Donc voilà. Je suis au resto avec un type dans la capitale magique. Et là, il est parti aux toilettes quand j’ai commencé à lui faire du pied en attendant que le serveur boutonneux nous file les menus. Je crois que y’a donc un truc chelou chez ce gars et que je vais pas pécho aujourd’hui. Ou pas avec lui. Donc que je perds mon temps. SAUF que j’ai la dalle, et pas un rond, alors si on m’offre un resto, je vais pas faire ma difficile et jveux bien rester même si on baise pas. Et ça ne m’empêche pas d’essayer hein. Même si j’me demande s’il s’est enfermé dans les toilettes parce que je le faisais flipper ou pas. Même si j’commence maintenant à me demander s’il s’est pas cassé en fait parce que ça fait un petit moment-là quand même. Il reste plus longtemps aux toilettes qu’une meuf. N’me dîtes pas qu’il se repoudre le nez sérieusement. Du coup, en attendant, je mate les gens (les gars). « toi je te baise, toi je te baise, toi je te baise mais dans dix ans, toi je te baise si je trouve personne d’autres, toi tu peux toujours crever, toi t’es moche, toi je te baise mais dans le noir seulement. » oui, je scanne les gens du regard.



Look at the way she shakin' Make you want to touch her, make you want to taste her Have you lustin' for her, go crazy face it She's so much more than you're used to She knows just how to move to seduce you She's gonna do the right thing and touch the right spot Dance in you're lap till you're ready to pop She always ready, when you want it she want it Like a nympho, the info I show you where to meet her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sullivan

~ MESSAGES : 4508
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 31


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ME, MYSELF AND I (autrefois Amarok)
bourse: 20

MessageSujet: Re: sun of a gun (sullivan)   Sam 21 Sep - 23:21

Ah qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour contenter une ‘presque’ sœur. Avant toute cette histoire de fausse parenté je lui aurais dit d’aller se faire foutre, mais depuis qu’on a appris qu’on ne partage pas le même sang j’éprouve un tel remords que je la laisse me tenir les couilles sans moufter. Et quand elle me dit ‘je t’ai organisé un rendez-vous avec ma belle collègue rousse’, je me surprends à lui répondre ‘merci’. Voilà comment je me retrouve dans ce merdier, à me diriger vers la table près de la fenêtre que je me réserve à l’année. Encore heureux que je ne paie pas l’addition ici, et je me dis qu’avec un peu de chance, elle voudra s’envoyer en l’air au premier rendez-vous. Je scrute la salle pour tenter d’apercevoir mon rancard, mais à la place … OH BON DIEU DE MERDE ! Mes yeux tombent sur la folle du cul qui papillonne des yeux devant un brun foutu comme un dieu grec. Si on m’avait dit un jour que je reverrais Fauve dans le monde magique, j’aurais ri en pariant un œil de cyclope. Et quand le mec se lève pour se diriger vers les toilettes, je m’approche discrètement de la porte en attendant qu’il passe devant moi. « Putain mec, t’es assis avec une ancienne candidate de la télé-réalité là tu sais, Golven Dalor … La classe. » Je lâche un sifflet d’admiration en me trompant volontairement sur le nom de l'émission histoire de brouiller les pistes, scrutant la candidate en question. « Cette fille est une vraie chienne, tu vas grimper aux rideaux. » Le type a l’air plutôt ravi de la nouvelle, d’ailleurs il s’apprête à ouvrir sa gueule mais je ne lui laisse pas le loisir d’intervenir. « Par contre fais gaffe, j’ai lu dans ‘langue de vipère’ qu’elle avait des morpions magiques … » Et je fronce le nez en esquissant une sorte de grimace dégoûtée. « Tu peux sortir par les cuisines. » Je précise en lui désignant la porte du pouce. Le gars me remercie platement en me tapotant l’épaule avant de disparaître, et je me trouve subitement génial. J’aurais presque pu inventer le phonographe si Edison ne l’avait pas déjà fait. Je quitte finalement mon poste d’observation pour m’approcher de la folle du cul en pleine évaluation des hommes du restaurant : fidèle à elle-même. « J’peux toujours demander au proprio d’éteindre les lumières pour te rendre service, c’est mon cousin. » je lâche en m’affalant sur la chaise qui fait face à la sienne, mes lèvres s’étirant en mon habituel sourire colgate/beau gosse. « Mais tu le savais déjà j’imagine, vu que t’es venue dans ce restau’ avec l’espoir de m’apercevoir. » Oui oui, c’est l’explication la plus logique que j’ai trouvée. La femme invisible n’est pas du genre à décrocher son téléphone ou à envoyer des e-mails, du coup elle s’est dit qu’en fréquentant les endroits tenus par ma famille, elle avait une chance de me croiser. Finalement, mes plus grands fans restent les autres candidats de Golden Valor. Et je glisse une main dans mes cheveux blonds en étirant mon pied sous la table pour frôler sa jambe. Elle aurait pu passer directement chez moi franchement, on aurait eu plus d’intimité … « J’vois pas d’autres raisons à ta présence ici. » Je lâche comme si ce que je disais avait du sens, feignant soudain de me souvenir d’un détail en haussant les sourcils. Alors j’avance mes coudes sur la table pour me rapprocher d’elle. « Attends, c’était pas pour le p’tit brun qui était assis avec toi, rassure-moi ? » La raison, je veux dire. « Parce que j’viens de le baiser dans les toilettes, donc il risque pas de revenir. » Je pince les lèvres en lui lançant un regard faussement désolé, alors que je viens de lui raconter la plus grosse connerie de l’année. Enfin j’aurais pu cela-dit, étant donné sa façon de me caresser l’épaule en partant c'est évident que ça ne l’aurait pas dérangé. « T'as déjà commandé ? » Je l'interroge le plus naturellement du monde en attrapant le menu que je connais déjà par coeur. « Je te conseille le homard, il est DE-LI-CIEUX. Mais bon, faut avoir les moyens ... » Bon ça va, j'arrête.



« I'm breaking my own vows knowing I'll go down in flames »
» •• unbreakable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fauve

~ MESSAGES : 2048
~ INSCRIPTION : 30/03/2013
~ ÂGE : 27


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: MONCUL.
bourse: 20

MessageSujet: Re: sun of a gun (sullivan)   Dim 22 Sep - 1:48

L’ennui, c’est que les hommes qui viennent ici ne sont pas seuls, en général. Bah ouais. Ils sont déjà sur le coup avec une autre meuf, ou sont en rendez-vous d’affaire, ou pire, mais alors, bien pire : avec leur famille. Alors j’ai beau me faire mentalement une liste des mecs avec qui je baiserai bien là maintenant tout de suite, ça sert un peu à rien, du coup. Et là, et là, y’a un type qui s’assoit en mode je me tape l’incruste dans la chaise d’en face. Ça aurait été cool si j’connaissais pas du tout le type, ou alors, mieux, que je ne le reconnaisse pas, voyez, genre « ah t’es qui ? » mais bon. En fait si je le reconnais quand même. Et rien qu’avec sa voix là, genre, le proprio c’est son cousin, ah ouais. J’tente d’avoir l’air le plus calme/blasé/whatever que possible. Sauf qu’en fait je. Voilà. Je ne trouve pas exactement de mot, mais, on va dire que je suis surprise. Je sais pas si je suis contente de le revoir ou énervée en fait, parce que voilà, je ne pensais pas que j’allais le revoir à la base, enfin, voyez. C’est bizarre, on va dire. Mais j’me contente d’hausser un sourcil, genre, ah ouais, t’es là toi. Je ne peux pas m’empêcher de me demander si on va finir par baiser ce soir ou pas. Ah, d’accord, selon lui, je suis venue ici pour le voir. Je vois que son égo est toujours surdimensionné quoi. Comme Cordelia en fait. Je me contente de soupirer, style, tu me fais chier un peu là. Ouais, faut pas oublier qu’il s’incruste comme ça le gars quand même. Ah bah oui, bien sûr, il ne voit AUCUNE autre raison à ma présence. Il s’rapproche un peu, j’tourne les yeux, j’mate d’autres types, là, comme ça. Non en fait j’essaye de voir si l’gars des toilettes est toujours bloqué dans les toilettes. Moi je dis, il faudrait peut-être s’y inquiéter. Imaginez qu’il soit VRAIMENT bloqué, genre, la porte veut ne pas s’ouvrir, quelque chose dans ce goût-là. Ah, d’ailleurs, Sullivan en parle, donc mes yeux se posent sur lui à nouveau. PARDON ? Ok, garde l’air cool encore. Non mais j’imagine que c’est des conneries hein. Enfin je sais pas. De toute manière, baisé ou pas baisé, il n’est toujours pas là, le gars. « j’espère au moins que c’était un bon coup dans ce cas-là. » hahaha je suis trop généreuse. Non en fait s’il l’a vraiment baisé j’espère que c’était pourri comme pas possible. « et alors ? t’étais plutôt actif ou passif ? » bah ouais, on parle bien de ça quand des gays baisent en général non ? J’sais pas j’en sais rien moi en vrai. Il m’demande si j’ai déjà commandé. Bah non. J’ai pas eu le temps du coup. J’me retiens de me marrer quand il parle d’homard et tout, le truc bien chicos que prennent les riches voyez. Ouais, non, j’ai pas les moyens moi c’est clair. En plus j’ai toujours pas trouvé de nouveau job. Donc j’en suis toujours au stade de l’évitement de la proprio qui commence à mettre des mots sous ma porte, en fait, jcrois qu’elle va pas tarder à m’expulser. Enfin je me dis qu’elle en serait pas capable parce qu’elle m’aime bien un peu quand même. Oui bon je garde espoir quoi. « je comptais prendre plutôt un peu de caviaaaaar. » je fais péter l’accent de bourge en passant ma main dans mes cheveux. Ouais non je ne saurais même pas faire semblant d’être Cordelia en fait. Oui, pour moi, grosse bourge = Cordelia, tout de suite. J’me redresse un peu à mon tour. « qu’est-ce que tu veux ? » bah ouais, il s’est peut-être pas assis là pour rien, j’me dis. Ouais, bon, en général, on commence plutôt une conversation par « ça va qu’est-ce que tu deviens » tout ça, mais faut pas oublier qu’à la base, j’en ai rien à foutre de personne, voyez. Même si c’est vrai que ça fait un moment qu’on s’était pas vu et tout. Mais à la base j’en ai rien à cirer, donc, voilà. « t’as pas baisé depuis la fin de golden valor et tu commences sérieusement à être en manque, c’est ça ? » bah je demande hein, logique. J’oublie un peu l’autre gars des toilettes qu’il aurait peut-être baisé, pour le coup, mais on s’en fout. « au fait, qu’est-ce que t’attends pour me payer quelque chose ? » bah ouais. Non ? De toute manière j’ai pas de tune moi alors bon. Oh ça va hein, en plus, j’imagine qu’il aurait plutôt rien à payer si c’est vraiment son cousin le proprio voyez.



Look at the way she shakin' Make you want to touch her, make you want to taste her Have you lustin' for her, go crazy face it She's so much more than you're used to She knows just how to move to seduce you She's gonna do the right thing and touch the right spot Dance in you're lap till you're ready to pop She always ready, when you want it she want it Like a nympho, the info I show you where to meet her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sullivan

~ MESSAGES : 4508
~ INSCRIPTION : 27/03/2013
~ ÂGE : 31


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: ME, MYSELF AND I (autrefois Amarok)
bourse: 20

MessageSujet: Re: sun of a gun (sullivan)   Dim 22 Sep - 7:07

Eh ben cache ta joie surtout, espèce d’ingrate. Cette mauvaise humeur vient probablement du fait qu’elle n’a pas rencontré d’aussi bon coup que moi depuis la fin de l’aventure. C’est le genre de choses qui rend vraiment aigrie vous voyez, surtout quelqu’un comme Fauve qui carbure à plein régime. Ce qui expliquerait pourquoi –consciemment ou non d’ailleurs-, elle est venue se rapprocher de moi. C’est trop mignon. « Tout juste passable, tu devrais me remercier. » Je réponds en haussant les épaules, glissant mes doigts autour du verre vide. Bon il va se ramener ce troll de serveur ? « Est-ce que tu m’as déjà vu attendre quelque chose de quelqu’un. » J’ajoute à sa question en me référant au sens littéral du terme, examinant sa silhouette l’espace d’une minute. Toujours aussi farouche, toujours aussi bandante, toujours aussi excitée, toujours aussi plate. C’est limite bon de voir que les gens n’ont pas tellement changés depuis qu’on s’est quitté. Toute cette célébrité aurait pu lui monter à la tête, mais j’imagine que pour les humains l’expérience doit être différente était donné que là-bas, ils restent de parfaits inconnus. D’ailleurs je me demande comment un vainqueur appartenant à leur race aurait justifié tous ces gains. Est-ce qu’ils ne seraient pas fait poursuivre par le Fisc ou un truc du genre ? « J’parie que tu trouverais ça dégueulasse. » Moi-même je trouve ça dégueulasse. Je suis convaincu que des gens font semblant d’aimer le caviar parce que c’est de la nourriture de riche. Et Fauve m’interroge sur mes motivations, comme si j’avais besoin de raisons particulières pour venir l’aborder. De toute évidence, ce n’est pas pour lui soutirer de l’argent … aussi ne reste que l’hypothèse d’une bonne partie de jambes en l’air que j’écarte d’un geste de la main lorsqu’elle la formule. « Ça m’intéresse plus tout ça, j’ai rencontré quelqu’un. D’ailleurs c’est pour ça que je suis là, je dîne avec elle ce soir. » Je suis le plus gros mytho de tous les temps, bonsoir. Et j’esquisse un immense sourire, presque niais, comme si j’avais des papillons dans le ventre en évoquant le sujet. « Tu veux quoi, des implants mammaires ? » Je l’interroge suite à sa requête de dégainer mon porte-monnaie pour elle. Totalement vénale cette fille, prévisible. Et quand le serveur se pointe enfin, je referme le menu. « Apporte-nous la meilleure bouteille de champagne de la cave, et n’essaie pas de m’enfler ou j’te fais virer. » Un silence flotte quelques secondes avant que mon rire ne vienne le briser. « Je blague Ernesto, détends-toi. Cet air constipé c’est pas compatible avec le service. » Ouais, j’suis pas comme bobonne non plus, j’ai un minimum de respect pour les petites gens. Regardez Fauve, j’ai eu suffisamment de respect pour lui faire l’honneur d’éveiller ses soupirs de plaisir à deux reprises. Ou trois, je n’sais plus trop en fait. « Allez c'est les restos du coeur ce soir, prends ce que tu veux. » Je lui dis pendant qu'Ernesto attend la suite de la commande. Les femmes d'abord, ça me semble évident. « T’as refusé l’argent de bobonne finalement, ou t’as déjà tout dépensé au sex-shop du coin ? » Parce qu’il est évident que la blonde ne l’aide pas des masses, son gilet ça s’voit qu’elle l’a chopé à l’EMAUS de son quartier.



« I'm breaking my own vows knowing I'll go down in flames »
» •• unbreakable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fauve

~ MESSAGES : 2048
~ INSCRIPTION : 30/03/2013
~ ÂGE : 27


déshabillez-moi
et plus si affinités:
binôme: MONCUL.
bourse: 20

MessageSujet: Re: sun of a gun (sullivan)   Sam 5 Oct - 2:58

De toute manière, à bien y réfléchir, j’ai du mal à voir comment un type pareil peut être un bon coup. Enfin. Faut voir ce qu’il est, il a beau être divinement beau (non mais oui, faut l’avouer) bah il est un peu coincé quand même. Ca s’trouve il ne couche pas avant le trentième rendez-vous, au moins. Autant dire que je n’ai pas autant de patience que ça pour baiser hein. Ni autant de temps à perdre. Bon, ok, techniquement, oui, j’ai du temps à perdre vu que j’bosse plus ni rien. Mais bon. J’imagine qu’il ne vaut certainement pas le coup, voyez, alors ça demande très vite trop d’efforts pour pas grand-chose. Bref, le caviar, je trouverais ça dégueulasse, selon Sullivan. « en même temps tout c’qui touche aux riches c’est dégueulasse. » non mais oui. Genre le petit parfum chanel qui est plus cher que mon loyer, la robe de je-ne-sais-pas-quelle-marque-ultra-chère qui pourrait me payer une maison, ça va bien merci, moi toute cette extravagance ça m’rend malade, qu’on se le dise bien. Soit. Il est plus intéressé.  J’me retiens de me marrer en l’écoutant parler. Parce que Sullivan qui a décidé de se lancer dans quelque chose de sérieux, c’est aussi improbable que… bah tiens, que moi devenant millionnaire. Voilà. Sauf que j’peux pas me retenir plus de rire, là, quand je le vois avec son sourire à la con. Ce serait peut-être crédible si ce n’était pas Sullivan en face de moi. En tout cas, là, y’a pas moyen que je puisse y croire une seule seconde. « et tu vas mettre combien de temps pour tout foutre en l’air, dis-moi ? » bah ouais, à supposer que ce soit vrai. Déjà que je n’ai pas franchement confiance aux hommes, alors Sullivan. Je sais pas. Je me dis qu’il aurait tendance à aller voir ailleurs encore plus rapidement que n’importe quel homme. Aller voir ailleurs, ou autre chose hein. Genre se barrer du jour au lendemain, quelque chose de ce goût-là. « Ce sera une question de mois ? Ou de semaines ? » Style il ne serait pas foutu d’être sérieusement en couple plus d’un mois ouais. En plus, réellement, je l’imagine vraiment pas l’être plus d’un mois. Je l’imagine pas l’être tout court, de toute façon. J’suis sûre que même avec tous les efforts du monde, ça se passerait mal. « ou peut-être bien une question d’heures. » J’lance, avec un haussement de sourcils. Ouais, je pense encore à l’éventualité de baiser avec lui. C’est pas de ma faute si j’pense qu’à ça, aussi, faut croire que mon cerveau à relié le mot Sullivan au mot baise. Ouais.  Soit, il m’parle d’implants mammaires, du Sullivan tout craché, en gros, avant de parler à un serveur. J’hausse un sourcil face à sa requête. Bouteille de champagne, carrément. Il parle tout de suite de faire virer le serveur. D’ailleurs, je l’examine du coin de l’œil, l’serveur, parce que quand j’étais une serveuse, bah, c’était à ce moment-là que je devenais un peu grossière. Mais lui, il flippe je crois, moi, franchement, j’admire son self contrôle hein. Ah, ouais, je peux choisir ce que je veux. L’ennui, c’est que j’ai tellement pas l’habitude de bouffer dans des endroits comme ça que les plats dans le menu me semblent un peu tous chelous vous voyez, et si j’demande « euh une bonne pizza ça ira » ça collerait pas des masses jcrois. Du coup, j’pointe mon doigt sur le troisième machin de la liste. « ça. » ouais, j’ai aucune idée de ce que c’est, et à vrai dire, je m’en fous, tout ce que j’ai regardé, c’était le prix, et on va dire que j’ai tapé dans les moins chers pour prendre un truc UN PEU abordable quand même. Il m’parle de l’argent de Cordelia. Ah, ouais, j’avais oublié ça. « j’ai pas besoin du fric des autres. » ouais, la charité, tout ça, merci mais non merci. « et j’me débrouillais bien avant de la connaître, j’vois pas pourquoi j’aurais besoin de son fric maintenant. » ouais, j’ai pas besoin des riches pour m’en sortir, voyez ? Puis merde je veux pas devoir des trucs aux autres moi.  « On va continuer ça longtemps, de faire semblant de s’intéresser à la vie de l’autre, ou on passe aux choses sérieuses tout de suite ? » jme marre un peu. J’dis ça à moitié pour rire, mais j’trouve ça bizarre, quand même, genre, on se pose à une table tranquille et on parle. Non, non. On baise, en général, on parle pas. C’était comme ça la plupart du temps quoi, quand on était dans Golden Valor. « Quoi que si tu veux parler, c’est pas grave, j’ai un truc à dire qui va te faire marrer, j’suis sûre que ça va te faire marrer. » ouais, je sais pas pourquoi, j’y pense, là, comme ça. « T’es le type dont j’ai été le plus proche depuis mes 14 piges. » et pourtant, c’est pas comme si on était HYPER hyper proches non plus durant le jeu. Mais quand même.



Look at the way she shakin' Make you want to touch her, make you want to taste her Have you lustin' for her, go crazy face it She's so much more than you're used to She knows just how to move to seduce you She's gonna do the right thing and touch the right spot Dance in you're lap till you're ready to pop She always ready, when you want it she want it Like a nympho, the info I show you where to meet her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: sun of a gun (sullivan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

sun of a gun (sullivan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Steve Sullivan
» Questionnaire de répartion d'Amanda Sullivan
» Alya O'Sullivan -fini-
» Famille Sullivan (famille complète)
» (M) AU CHOIX ★ Victor Sullivan "Je deviens trop vieux pour ces conneries"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN VALOR :: L'APRÈS GOLDEN VALOR DANS LA CAPITALE MAGIQUE :: le centre-ville :: commerces, discothèques, bars & restaurants-